noircir


noircir

noircir [ nwarsir ] v. <conjug. : 2>
XIIIe; nercir XIIe; lat. pop. °nigricire, class. nigrescere « devenir noir »
I V. intr. Devenir noir. Fraise sauvage qui mûrit, noircit et tombe. Ce tableau a noirci. II V. tr. (XIIe « assombrir, attrister »)
1(XIIIe) Littér. Diffamer (qqn). calomnier, dénigrer. « son talent à noircir ceux qu'elle s'est juré de perdre » (Artaud). Par ext. Noircir la réputation de qqn.
2Dépeindre d'une manière pessimiste, alarmiste. Noircir la situation.
3Colorer ou enduire de noir. La fumée a noirci les murs. enfumer. Le charbon noircit les mains. barbouiller, charbonner, maculer, salir. Noircir un texte pour le rendre indéchiffrable. caviarder.
Loc. Noircir du papier : écrire beaucoup à la main, notamment une œuvre littéraire. Des cahiers « dont chaque jour il noircissait quelques pages » (A. Gide).
III ♦ SE NOIRCIR v. pron.
1(1549) Rare Devenir noir.
2(1640) Fig. et vx S'accuser, se charger. « Je ne me noircis point pour le justifier » (Racine).
3(1918) Vieilli S'enivrer. « On va se noircir » (Bernanos).
⊗ CONTR. Blanchir, innocenter, justifier.

noircir verbe transitif (latin populaire nigricire, du latin classique nigrescere, devenir noir) Rendre quelque chose noir, le couvrir d'une matière noire : Noircir une étoffe. Peindre un fait, une situation sous des couleurs inquiétantes. Littéraire. Dépeindre quelqu'un en soulignant ses défauts. ● noircir (expressions) verbe transitif (latin populaire nigricire, du latin classique nigrescere, devenir noir) Familier. Noircir du papier, écrire abondamment. ● noircir (synonymes) verbe transitif (latin populaire nigricire, du latin classique nigrescere, devenir noir) Rendre quelque chose noir , le couvrir d'une matière noire
Synonymes :
- mâchurer
Peindre un fait, une situation sous des couleurs inquiétantes.
Synonymes :
Contraires :
- idéaliser
- poétiser
Littéraire. Dépeindre quelqu'un en soulignant ses défauts.
Synonymes :
- débiner (populaire)
- décrier
- dénigrer
- déshonorer
- discréditer
- flétrir
Contraires :
noircir verbe intransitif se noircir verbe pronominal Devenir noir : Le ciel noircit.noircir (synonymes) verbe intransitif se noircir verbe pronominal Devenir noir
Synonymes :
- s'obscurcir
Contraires :
- s'éclaircir

noircir
v.
rI./r v. tr.
d1./d Rendre noir, colorer en noir.
Fam. Noircir du papier: écrire des choses sans grande valeur.
d2./d Fig. Diffamer, porter atteinte à la réputation de.
|| Présenter (qqch) d'une façon exagérément pessimiste. Noircir la situation.
rII./r v. intr. Devenir noir. L'argent noircit à l'air.

⇒NOIRCIR, verbe
Rendre noir; devenir noir.
I. —[Correspond à noir I A]
A.Emploi trans. Qqn1/qqc.1 noircit qqc.2 Rendre noir. L'immense foule qui noircissait toute l'étendue de la rue au-dessous de moi (JANIN, Âne mort, 1829, p.184). Les grosses et basses colonnes en pierre gris bleu qui les soutiennent. Au dehors, elles sont noircies par le temps (MICHELET, Chemins Europe, 1874, p.284).
En partic. Colorer en noir, enduire de noir. Noircir les chaussures (avec du cirage). Le poirier et le hêtre noirci continuent à imiter l'ébène pour les meubles modestes (VIAUX, Meuble Fr., 1962, p.162).
Le soleil noircit le teint, la peau. Brunir, hâler. Capus, tout noirci par le soleil (RENARD, Journal, 1902, p.764).
Noircir du papier (fam. et gén. péj.). Écrire abondamment. Balzac que hantait l'impérieux besoin de noircir beaucoup de papier pour se mettre en train (HUYSMANS, À rebours, 1884, p.154). J'accuse cet agenda tout noirci d'inutile (MONTHERL., Celles qu'on prend, 1950, III, 1, p.817).
TECHNOL. Procéder au noircissement (infra dér. 1). Noircir un cuivre et l'enfumer (BÉG. Estampe 1977).
Emploi pronom. réfl. Se noircir les cheveux. Lorsqu'ils avaient tué un ennemi, tous les braves se noircissaient le visage en signe de victoire (LOWIE, Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p.252).
B.Emploi intrans. (ou pronom.). Qqc.2 noircit.
1. Devenir noir. Le caillot sanguin [d'un animal à qui on a coupé la moelle épinière] reste aussi plus longtemps à noircir à l'air (Cl. BERNARD, Notes, 1860, p.96). Les raisins, qui commençaient à noircir, promettaient une belle vendange (THEURIET, Mariage Gérard, 1875, p.115).
En partic.
♦[En parlant du temps, de la nuit] S'obscurcir. Le soir, quand le ciel est pur et que la nuit tarde à noircir (DUHAMEL, Suzanne, 1941, p.196). V. fauche ex. de Bosco.
♦[En parlant de ce sur quoi on écrit] Se remplir de textes écrits. Et tandis que les pages se noircissaient à vue d'oeil sous le galop précipité de sa main, sa pensée aussi galopait (COURTELINE, Ronds-de-cuir, 1893, 2e tabl., I, p.61).
♦[En parlant d'un tableau ou de ses couleurs] Foncer en vieillissant. La couleur de cette magistrale peinture [la Vierge aux rochers] a noirci surtout dans les ombres, mais n'a rien perdu de son harmonie (GAUTIER, Guide Louvre, 1872, p.66).
Au fig. Je regardais diminuer, s'éteindre, noircir mes souvenirs (COLETTE, Naiss. jour, 1928, p.38).
2. Apparaître comme un espace ou un point noir. Les petits voient tout à coup la guerre noircir au loin comme un terrible nuage (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1932, p.54). Sur les crètes, vers Beaumont, noircissent les bois de pin (GIONO, Chron., Noé, 1947, p.54).
3. Plus rare, emploi pronom. Le visage se lézarde, se détériore, se noircit comme une fresque, s'effeuille comme une fleur fanée (AMIEL, Journal, 1866, p.69).
II.Au fig. [Correspond à noir I B]
A.Emploi trans.
1. Noircir qqc.
a) Présenter (un fait, une situation, une action) sous des couleurs plus sombres que n'est la réalité. Noircir la situation. Il s'enferme avec de sombres délices dans un cercle vicieux: il finit par exagérer et noircir toutes les circonstances (AMIEL, Journal, 1866 p.238).
b) Littér. Rendre sombre, triste. Ne vous noircissez pas la tête; ne vous occupez que de votre santé et ne songez qu'à nous revenir (CHATEAUBR., Corresp., t.2, 1821, p.397). Lorsqu'elle reconnut Séverine, ses yeux s'agrandirent démesurément, une ombre d'affreuse souffrance noircit son visage pâle (ZOLA, Bête hum., 1890, p.226):
1. Il avait l'âme fort noircie et remuée, peut-être moins de la mort de sa fille, que de ces parfums, ces flambeaux, et tout cet appareil lugubre dont l'hôtel venait d'être enveloppé...
BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p.86.
2. Noircir qqn (ou, p. méton., sa réputation, son intégrité). Exagérer ses défauts, ses insuffisances. Il y a d'estimables écrivains réformés qui s'attachent depuis quelque temps à noircir, à obscurcir du moins la gloire de Henri IV (SAINTE-BEUVE, Caus. lundi, t.12, 1856, p.305). Après quoi j'ai été chassé, traqué, poursuivi, persécuté, noirci, raillé, conspué, maudit, proscrit (HUGO, Misér., t.1, 1862, p.60):
2. ... si c'est une mauvaise action que de noircir dans l'esprit d'un prince, le dernier de ses sujets, qu'est-ce lorsqu'on noircit la nation entière (...)?
Le Moniteur, t.2, 1789, p.500.
[L'obj. est un subst. abstr. à connotation négative] Rendre encore plus noir. Loin de chercher à noircir son vice, je le lui ai représenté simplement comme une des formes de la paresse (GIDE, Faux-monn., 1925, p.1099):
3. ... il eût fallu se demander honnêtement si nous n'avions pas un peu noirci la Terreur. Après tout, ni la révolte ou l'absence, ni le monstre et le déchaînement ne sont nécessairement terroristes...
PAULHAN, Fleurs Tarbes, 1941, p.164.
Rem. Noircir/dénigrer:,,Par la raison que noircir attaque l'honneur, il ne se dit que des personnes ou de leurs actions morales. Par la raison que dénigrer s'adresse à tout genre de mérite, il s'applique aux choses. Car on tâche de rabaisser leur prix, de les rendre méprisables. On dénigre un ouvrage, une marchandise, on ne les noircit pas: on dénigre et on noircit un auteur, un marchand`` (GUIZOT 1864).
Emploi pronom. réfl. Montrer ses propres défauts; s'accuser d'actions répréhensibles. Chacun de ces complices dupait l'autre en se noircissant de crimes qu'il n'avait pas commis (RADIGUET, Bal, 1923, p.74).
Pop. ,,S'enivrer`` (ESN. 1966).
B.Rare
1. Emploi intrans. Noircir de colère (v. noir I B 3). Les yeux du Rouge (...) reprirent leur frais éclat vivant, son pelage le lustre ardent de la santé (...) quand il se heurtait au grillage, ses prunelles noircissaient de colère et il encensait en ronflant (GENEVOIX, Dern. harde, 1938, p.82).
2. Emploi pronom. Sans qu'un seul mot de Giulia eût révélé de quel plus sombre crime encore, leur adultère se noircissait (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p.135).
REM. Noircissant, -ante, part. prés. adj. a) Qui devient noir, rend noir. Sous le ciel où des nuages se déploient, déchiquetés comme des linges à travers l'étendue noircissante qui semble s'être salie (BARBUSSE, Feu, 1916, p.334). b) Au fig. L'imagination de M. Huysmans est bilieuse et noircissante (LEMAITRE, Contemp., 1885, p.321).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1130 trans. «rendre noir» (Paraphrase Cantique des Cantiques, éd. E. Koschwitz, 61: Ellest nercidet); ca 1200 noircir (Aliscans, éd. F. Guessard et A. de Montaiglon, 3159); ca 1145 intrans. nercir «devenir noir» (WACE, Conception ND, éd. W. R. Ashford, 1784); 1549 pronom. se noircir (EST.); b) 1698 noircir du papier «écrire» (BOILEAU, Satires, éd. A. Cahen, XI, 55: noircir d'insipides papiers); 2. 1160-74 intrans. fig. «s'assombrir, sous l'effet de la tristesse ou de l'émotion» (WACE, Rou, éd. A. J. Holden, II, 2289, t.1, p.91: moult nerci et parfont soupira); 1180-90 noirchir (ALEX. DE PARIS, Alexandre II, 111, 12 in Elliott Monographs n° 40, p.68); 1176-81 trans. nercir «attrister» (CHR. DE TROYES, Chevalier Charrette, éd. W. Foerster, 958); ca 1225 cuer noirci (Gui de Bourgogne, éd. F.Guessard et H. Michelant, 99 ds T.-L.); 3. a) 1er quart XIIIe s. trans. «dévaloriser» (RECLUS DE MOLLIENS, Miserere, éd. van Hamel, § 53, 9: Sen don noirchist ki le detrie); b) ca 1470 trans. noircir «calomnier, charger, diffamer (quelqu'un)» (G. CHASTELLAIN, Chronique, éd. Kervyn de Lettenhove, t.5, p.157); 1592 noircir la réputation de qqn (Lettre de Cath. de Bourbon au roi ds GDF. Compl.); ca 1470 pronom. «se rendre infâme, odieux» (G. CHASTELLAIN, op. cit., t.2, p.172); 4. 1918 pronom. pop. «s'enivrer» (ESN.). D'un lat. pop. , réfection du lat. class. nigrescere «devenir noir, noircir», dér. de niger «noir». Fréq. abs. littér.:245 (noircissant:20). Fréq. rel. littér.: XIXe s.: a) 1141, b) 1444; XXe s.: a) 1208, b) 888.
DÉR. 1. Noircissement, subst. masc. Action de noircir ou de se noircir. a) a/) [Au sens physique] Le noircissement du papier sensible à la lumière. Je laisse percer mon regret du noircissement progressif d'une certaine vasque par la cendre de nos «londrès» (PROUST, Temps retr., 1922, p.716). Courbe caractéristique de noircissement (Radiogr. 1979). b/)Spéc. Lithogr. Noircissement du métal. ,,On cherche quelquefois à noircir les plaques métalliques, en général pour améliorer la visibilité de l'image (...). Noircissement du zinc: On peut utiliser une solution de chlorure d'antimoine (...). Noircissement du cuivre: Avec une solution très diluée de polysulfure de sodium`` (BÉG. Estampe 1977). Métall. ,,Action de graisser l'intérieur des moules dans les fonderies`` (LITTRÉ; ds Lar. encyclop.). b) Au fig., rare, littér. Et ce noircissement systématique, dans votre roman, de tous les représentants d'un ordre social détestable, c'est parce qu'il n'est pas très honnête que je ne le crois pas très adroit (GIDE ds Lar. Lang. fr.). []. 1res attest. a)mil. XIVe s. nercissement «action de noircir» (ROQUES t.1, p.308, IV, 2288: denigratio nercissement), 1598 noircissement (JOUBERT, Grande chirurgie, p.481 ds GDF.), b) 1868 métall. (LITTRÉ); de noircir, suff. -ment1. 2. Noircissure, subst. fém., oenol. ,,Altération des vins qui prennent une teinte noire`` (CHESN. t.2 1858; dict. XIXe s., ROB. et Lar. Lang. fr., notamment avec le sens gén. de «tache noire»). []. Ac. 1694: -eure; dep. 1718: -ure (pas d'accent circonflexe pour la disparition de e). 1res attest. a) 1514 «action de noircir» (B.du Comité des travaux hist. et sc., 1898, p.77: Pour la noircissure d'une paire d'estrieulx et une paire d'esperons), b) 1538 «état de ce qui est noir» (EST. ds FEW t.7, p.138), c) 1840 oenol. (Ac. Compl. 1842); de noircir, suff. -ure.
BBG. —BRUNEAU (Ch.). N. créés au moy. du suff. -ment. In:[Mél. Orr (J.)]. Manchester, 1953, p.26 (s.v. noircissement).

noircir [nwaʀsiʀ] v.
ÉTYM. V. 1200, v. tr.; nercir, v. 1130; du lat. pop. nigricire, du lat. class. nigrescere « devenir noir », de niger. → Noir.
———
I V. intr. Devenir noir (I., A.). || Fraise (cit. 2) sauvage qui mûrit, noircit et tombe. || Cet enfant était blond, ses cheveux ont noirci.Par exagér. || Sa peau noircit facilement au soleil. Brunir.Ce bois noircit sans brûler. || Laisser le rôti, les alouettes noircir dans le four (→ Impatienter, cit. 10). || Ce tableau a noirci en vieillissant. || Les pages noircissaient à vue d'œil sous le galop (cit. 9) de sa main.
1 Sur un sol crevassé l'on voit noircir le grain;
Les épis sont brûlés, et leurs têtes penchées
Tombent sur leurs tiges séchées.
Florian, Fables, III, 2.
———
II V. tr.
1 Colorer ou enduire de noir. || Noircir des poutres, du chêne. || Noircir de nouveau. Renoircir. || La fumée a noirci les murs. Enfumer. || Bouts de mèche (cit. 2) que la flamme a noircis. || La gelée va noircir les fleurs (→ Fleurir, cit. 3).Se noircir les cheveux. Teindre. || Crayon noir pour noircir les sourcils. || Charbon qui noircit les mains. Barbouiller, charbonner, mâchurer, maculer, salir.
2 La pluie nous a bués (lessivés) et lavés
Et le soleil desséchés et noircis (…)
Villon, Poésies diverses, « Épitaphe de Villon ».
3 Il vit là désormais, sur le haut de son aire,
Dans le donjon moussu qu'ont noirci tour à tour
Les hivers, les étés, la pluie et le tonnerre.
Leconte de Lisle, Poèmes tragiques, « Lévrier de Magnus », I.
Assombrir, obscurcir.
4 Une pluie chaude noircissait ce matin d'août et tombait droite sur les trois platanes, déjà roussis, de la cour plantée.
Colette, Chéri, p. 51.
Fam. Noircir du papier : écrire (→ Irrévérencieusement, cit.).
5 (…) quatre cahiers cartonnés dont chaque jour il noircissait quelques pages.
Gide, Isabelle, III.
2 (XIIe). Vx ou poét. Assombrir (par la mélancolie, la tristesse). → Éternel, cit. 5, Hugo.
6 Vous ne sauriez croire, mon cher Monsieur, combien je suis touchée des sujets de chagrin qui ont noirci votre joie naturelle, et la gaieté et la vivacité de votre belle jeunesse.
Mme de Sévigné, 1296, 20 août 1690.
7 (…) la vie se passe sans jouir d'une présence si chère : je ne puis m'accoutumer à cette dureté; toutes mes pensées et toutes mes rêveries en sont noircies (…)
Mme de Sévigné, 467, 13 nov. 1675.
3 (XIIIe). Littér. Entacher (par le mal qu'on en dit). Calomnier, charger, décréditer, décrier, dénigrer, déshonorer, diffamer, flétrir. || « L'envie qui s'efforce (cit. 8) à noircir une si belle vie » (Corneille). || J'ai été persécuté, noirci, conspué, maudit (cit. 10). || On tâche à me noircir (→ Envers, cit. 4). || La calomnie peut noircir l'homme le plus innocent, la conduite la plus pure (Académie). || Noircir la réputation de qqn. || Présenter une chose sans la farder (cit. 4) ou la noircir. Noir (peindre sous des couleurs noires).
8 Moi, que j'ose opprimer et noircir l'innocence ?
Racine, Phèdre, III, 3.
9 La persécution n'en restera pas là; toutes les horreurs dont il est possible de noircir un homme de bien, vous les entendrez (…)
Diderot, Jacques le fataliste, Pl., p. 660.
10 On institua une enquête sur chacun des princes, afin d'élire le plus digne; on interrogea leurs serviteurs pour découvrir leurs vices cachés. Le comte de Saint-Gille, le plus riche des croisés, eût été élu probablement; mais ses serviteurs, craignant de rester avec lui à Jérusalem, n'hésitèrent pas à noircir leur maître, et lui épargnèrent la royauté.
Michelet, Hist. de France, IV, III.
11 (…) c'est un praticien, ennemi né du seigneur, dont il veut prendre la place, fier de sa faconde, aigri par sa pauvreté et qui ne manque pas de tout noircir. Très probablement, c'est lui qui rédige et fait circuler les placards par lesquels, au nom du roi, on appelle le peuple aux voies de fait.
Taine, les Origines de la France contemporaine, t. III, p. 113.
4 Dépeindre (une situation) de manière pessimiste, alarmiste. || Ne noircissez pas la situation, ce n'est pas si grave !
5 Fam. Soûler (→ ci-dessous Se noircir).
11.1 Essayez toujours de le noircir (…), mais il peut devenir tellement fraternel avec vous et si attendrissant dans ses épanchements (…) que votre cœur se fend.
Boris Vian, Vercoquin, p. 32.
——————
se noircir v. pron.
1 (1549). Devenir noir. || Les couleurs de ce tableau se sont noircies. || Chez les fébricitants (cit.) le palais se noircit. || Le ciel, le temps se noircit.
2 (1640). Fig. et vx. Se rendre infâme, odieux; s'accuser, se charger.
12 Je ne me noircis point pour le justifier.
Racine, Bajazet, V, 6.
3 (1918). Fam. S'enivrer.
13 Je les vois par d'insolites matins, sur les petites places ensoleillées, la capote encore raide de boue, et leurs sacrées bandes molletières. « On va se noircir; On y va ? » — Ils essayaient de sourire, avec leurs barbes de trois semaines et des joues si creuses qu'ils souriaient de travers — visages, ô chers visages, ô visages de mon pays ! Je sais qu'il n'est pas bien de se noircir. Mais que voulez-vous ? Ils croyaient noyer dans un vin illusoire, une bibine acide, la peur d'hier et celle de demain.
Bernanos, les Grands Cimetières sous la lune, II, II.
——————
noirci, ie p. p. adj.
Rendu noir, plus noir. || Intérieur noirci d'un fourneau (cit. 9) de pipe. || Teint noirci (par le soleil). Bruni, bronzé.Cet amas (cit. 4) de papier noirci qui moisit chez les bouquinistes.Fig. (vieilli). || Réputation noircie, ternie.
CONTR. Blanchir. — Disculper, innocenter, justifier.
DÉR. Noircissage, noircissant, noircissement, noircisseur, noircissure.
COMP. Dénoircir, renoircir.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • noircir — Noircir. v. a. Rendre noir. Noircir une muraille, un tripot. du noir à noircir. se noircir la barbe. noircir sa barbe. se noircir les sourcils. il s est tout noirci les mains à compter de l argent. il noircit son linge à force de le porter. le… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • noircir — Noircir, Nigrare, Denigrare. Infuscare. Se noircir comme plomb, Liuorem contrahere. Noirci, Atratus …   Thresor de la langue françoyse

  • noircir — (noir sir) 1°   V. n. Devenir noir. Ces tableaux noircissent en vieillissant. •   Dans ces riches vallons la moisson jaunira, Sur ces coteaux riants la grappe noircira, DELILLE Géorg. I. 2°   V. a. Rendre noir. Noircir une muraille. Se noircir… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • NOIRCIR — v. tr. Rendre noir, passer au noir Noircir une surface, une poutre, une table, les rayons d’une bibliothèque. Se noircir les cheveux, les sourcils. Il s’est tout noirci les mains. Un teint noirci par le soleil. Fig., Noircir l’esprit, Y faire… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • NOIRCIR — v. a. Rendre noir. Noircir une muraille. Se noircir les cheveux, les sourcils. Il s est tout noirci les mains. Le soleil noircit le teint. Le cachou noircit les dents. La vapeur des boues et le mauvais air noircissent l or et l argent. Fig.,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • noircir (se) — v.pr. S enivrer …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • noircir — vt. (des chaussures, un fourneau) : fâre nai (Saxel) ; nairèyî (Albanais) ; nwarsi gv.3 (Tignes). E. : Mâchurer …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Noircir du papier — ● Noircir du papier écrire abondamment …   Encyclopédie Universelle

  • Gratter, noircir du papier — ● Gratter, noircir du papier écrire …   Encyclopédie Universelle

  • se noircir — ● se noircir verbe pronominal Couvrir, enduire son corps (mains, visage, etc.) de noir. Littéraire. Se charger de défauts, de crimes. Populaire. S enivrer …   Encyclopédie Universelle